Le Montoir

 

Il y a plusieurs manières de se mettre en selle d’amazone.

La plus académique et la plus rare de nos jours : l’amazone est mise en selle par un aide.

La plus fréquente à notre époque moderne : l’amazone se met en selle à l’aide d’un montoir.

L’amazone est mise en selle par un aide : manière académique certes, mais surtout sure pour la dame et pour le cheval. En effet, dans cette situation, l’amazone ne s’empêtre pas dans ses jupes et jupons, reste digne et élégante, est placée parfaitement dans sa selle sans faire tourner celle-ci d’un hasardeux coup de poignet sur la fourche.

Comment procéder :

  • un groom tient le cheval en main,
  • l’aide se positionne face à la croupe, son épaule gauche sur l’épaule droite du cheval, et présente ses mains en coupe à la dame.
  • l’amazone lui fait face, son épaule droite de l’amazone touche presque la selle.
  • la dame prend appui de sa main droite sur la fourche haute de la selle (fourche droite fixe) et sa main gauche sur l’épaule droite de son chevalier servant.
  • son pied droit placé dans les mains de l’aide,  l’amazone prend  un élan avec l’autre jambe, dans le même mouvement que l’aide qui se relève et la porte en hauteur.
  • l’amazone s’assied face à l’aide les deux pieds côte à côte sur côté gauche de la selle.
  • puis elle positionne sa jambe droite sur la fourche supérieure
  • enfin elle passe la gauche sous la fourche basse et chausse l’étrier.
  • l’amazone et l’aide ajustent les plis de la robe
  • le groom rend les rênes à la cavalière et lui passe sa cravache à droite.

Avantages  et inconvénients de la méthode :

Sécurité : le cheval est maintenu, l’amazone est soutenue et assistée par l’aide jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement en place, étrier chaussé, rênes ajustées, la jupe ne fais pas de bourrelets inesthétiques, et est parfaitement en place, pour le plus grand confort de l’amazone.

Surtout, le dos du cheval n’a pas pris d’à-coup et la selle n’a pas tourné.

Inconvénient majeur : il faut avoir 2 personnes sous la main, dont un aide entrainé à la mise en selle, ce qui n’est pas si facile lorsque Monsieur n’a pas l’habitude : on a vu des aides se reculer en se relevant, écartant ainsi l’amazone du cheval et l’empêchant de se mettre en selle. D’autre ne « poussent » pas assez fort en l’air et la dame sautillante se fatigue et se cramponne acrobatiquement à la selle pour essayer de s’y asseoir. D’autres encore, voulant trop bien faire, vous expédient carrément de l’autre côté du cheval !

Si les avantages l’emportent largement sur les inconvénients, il faut bien dire que l’amazone moderne doit en général se débrouiller toute seule :

Elle utilisera donc un montoir ou tout autre artifice (ballot de paille, tabouret, tronc d’arbre, escabeau), de façon être à hauteur d’étrier pour pouvoir se mettre en selle à califourchon, puis passer la jambe, sans faire tourner la selle.  En randonnée, pendant une chasse ou en promenade, savoir se débrouiller seule est primordial.

Quelque soit les circonstances : ne jamais prendre appui sur la fourche inférieure (la gauche qui est mobile) sous peine d’abimer le dos du cheval et de faire tourner la selle.

 

Et pour descendre ?

Lorsque le cheval est calme, et bien arrêté,  laisser filer les rênes et les tenir légèrement dans la main droite, déchausser l’étrier, dégager la jupe des fourches et  éventuellement ôter l’élastique de pied. Passer ensuite la jambe droite par dessus les fourches pour se trouver assise les 2 jambes pendantes sur le côté gauche du cheval. Laisser tomber sa cravache à terre et se laisser glisser doucement dans les bras de votre aide qui vous retient (plus ou moins suivant votre degré d’intimité)  ou si vous êtes seule,  retournez-vous le ventre face au cheval, et  laissez vous glisser en vous retenant (mais pas à la fourche gauche, et plier les genoux pour amortir le contact avec le sol.

 

 

Bibliographie : «Monter en Amazone » de Jehanne Cabaud, ed. Belin  et « La monte en amazone,  fascicule FFE 2003 »